Le Gouvernement bruxellois dégage de nouveaux moyens pour la relance des entreprises les plus fortement touchées par la crise

Sur proposition de Rudi Vervoort, Ministre-président, Sven Gatz, Ministre des Finances et du Budget et de Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique, le Gouvernement bruxellois a approuvé, en première lecture, deux projets d’arrêtés dans le cadre du soutien aux entreprises dans le cadre de la crise du Covid-19. Le premier arrêté concerne une aide de relance aux entreprises encore fortement impactées des secteurs des restaurants et cafés et de certains de leurs fournisseurs, des discothèques, de l’événementiel, de la culture, du tourisme et du sport. Le second concerne une aide aux entreprises du secteur des hébergements touristiques. Au total, ce sont 61 millions d’euros d’aides qui sont dégagés pour ces secteurs.

Prime « Relance », pour un budget de 45 millions d’euros

Vu le contexte de reprise difficile, le Gouvernement bruxellois veut à nouveau soutenir les entrepreneurs actifs dans ces secteurs. En effet, la reprise reste limitée par des mesures légitimes de lutte contre la propagation du virus. Il est donc nécessaire d’aider ces entreprises  avant qu’une reprise complète et optimale de leurs activités ne puisse les ramener à un niveau d’activité similaire à celui de 2019.

Il s’agit, grâce à cette prime de :

  • Poursuivre le soutien des secteurs culturels et événementiels  ;
  • Soutenir la reprise des établissements RECA qui sont confrontés à des problèmes graves de trésorerie et à des niveaux d’activité encore trop faibles  et plus particulièrement les établissements situés dans des quartiers très largement impactés (les quartiers d’affaire, le quartier européen, les zones touristiques…).

Les conditions générales d’accès aux primes précédentes (« Tetra » et « Tetra+ ») demeurent. Des dispositions et montants différents s’appliquent cependant pour les différents secteurs, en fonction de leur réalité :

a. RECA et fournisseurs (codes NACE en annexe)

En plus des conditions générales, les entreprises devront disposer d’une « caisse blanche ».

Les montants sont fixés en fonction du pourcentage de la perte du chiffre d’affaires et du nombre d’ETP. La perte de chiffre d’affaires est calculée sur T2-T3-T4 2020 + T1 2021 comparé à T2-T3-T4 2019 + T1 2020. Elle doit être d’au moins 60%, pour cibler les établissements qui souffrent encore largement d’un déficit de fréquentation.

Story image

Un forfait de 2.000 EUR est également prévu pour les « starters ».

 

b. Discothèques (code NACE 56.302)

En plus des conditions générales, les entreprises devront disposer d’un permis d’environnement ou d’une déclaration environnementale correspondant à l’activité de discothèque.

Les montants sont fixés en fonction du pourcentage de la perte du chiffre d’affaires et du nombre d’ETP : la perte de CA est calculée sur T2-T3-T4 2020 + T1 2021 comparé à T2-T3-T4 2019 + T1 2020. Elle doit être d’au moins 40%.

Story image

Un forfait de 3.000 EUR est prévu pour les « starters ».

 

c. Evénementiel, culture, tourisme et sport (codes NACE en annexe)

Les montants sont fixés en fonction du pourcentage de la perte du chiffre d’affaires et du nombre d’ETP. La perte de CA est calculée sur T2-T3-T4 2020 + T1 2021 comparé à T2-T3-T4 2019 + T1 2020. Elle doit être d’au moins 40%.

Story image

Un forfait de 3.000 EUR est prévu pour les « starters ».

 

Prime « Hébergements touristiques », pour un budget de 16 millions d’euros

Cette aide reprend le mécanisme de l’arrêté du 26 octobre 2020 relatif à une aide aux hôtels et appart-hôtels dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19 mais sera ouverte à tout le secteur de l’hébergement touristique (à l’instar de la prime « Tetra »).

Pour les hôtels et appart-hôtels, l’aide consiste en une prime de 1.100 euros par chambre.

Pour les résidences de tourisme, les hébergements chez l’habitant et les terrains de camping, l’aide consiste en une prime forfaitaire de 12.500 euros par résidence de tourisme, hébergement chez l’habitant ou terrain de camping.

Pour les auberges de jeunesse, il est prévu d’octroyer un subside facultatif selon les montants prévus pour les hôtels et appart-hôtels à savoir 1.100 euros par unité de logement.

Ces deux mécanismes d’aide seront d’application aux alentours de la mi-octobre, après que les deux arrêtés aient été adoptés en seconde lecture par le Gouvernement en ayant tenu compte des avis du Conseil d’Etat et de Brupartners ainsi que du cadre temporaire des aides d’État fixé par la Commission européenne.

Rudi Vervoort, Ministre-Président : « Le monde de la nuit, l’HORECA et ses fournisseurs, l’événementiel, la culture, le tourisme, le sport ou encore le transport rémunéré de personnes sont encore touchés par cette crise sans précédent. Ils sont à l’origine de nombreux emplois directs et indirects et contribuent indéniablement à l’image et au rayonnement international de Bruxelles. L’urgence économique dans laquelle ils se retrouvent nécessitait un nouveau soutien financier direct. »
Sven Gatz, Ministres des Finances et du Budget : « Le Gouvernement bruxellois a décidé de soutenir le secteur de l’horeca, de la culture et de l'événementiel dans la région avec une nouvelle prime. Avec une nouvelle poussée de vaccinations, nous voulons stimuler un redémarrage bien nécessaire de l'économie. Nous espérons pouvoir bientôt retrouver la vie normale. L'objectif de la prime est de permettre aux Bruxellois et aux visiteurs de profiter à nouveau de notre ville à travers l’interaction d'événements, de restaurants, de cafés, de culture et de tourisme résidentiel pour lesquels Bruxelles est renommée. »
Barbara Trachte, Secrétaire d’État à la Transition économique : « Ces nouvelles primes se concentrent sur les secteurs les plus touchés par la crise et, parmi ces secteurs, sur les entreprises qui ne peuvent pas encore reprendre à pleine capacité ou pour qui l’incertitude est encore forte pour les semaines à venir. L’Horeca, la culture, l’événementiel, le sport… sont autant de secteurs qu’il est essentiel de relancer car ils sont un des moteurs de l’économie et de l’attractivité bruxelloises ! »
Story image
Eva Vanhengel Woordvoerder / porte-parole
Des questions sur les aides économiques?
Des questions sur les aides économiques? 1819, point de départ pour les entrepreneurs bruxellois
A propos de Sven Gatz

Sven Gatz
Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des Finances, du Budget, de la Fonction publique, de la Promotion du Multilinguisme et de l'Enseignement néerlandophone
Avenue des Arts, 9
1210 Bruxelles